Confections Carcajou : un passe-temps devenu entreprise manufacturière!

Par
19 septembre 2019

Ancien militaire de carrière, André De Carufel de Gatineau a vu son passe-temps le mener à la direction d’une entreprise manufacturière dont l’avenir s’annonce plus que prometteur. Confections Carcajou, une entreprise installée dans le secteur d’Aylmer, connait en effet un essor sans pareil depuis moins d’un an, soit depuis que M. De Carufel a accepté l’offre d’ID Gatineau pour le guider dans son processus d’expansion.

LA COUTURE, UN PASSE-TEMPS

Rien ne prédestinait ce militaire de l’armée de terre du 22e régiment à Valcartier, près de Québec, à devenir un jour chef d’entreprise. « Dès le départ, c’était clair que je ne voulais pas faire plus de 20 ans comme militaire, raconte-t-il. En 2002, il me restait encore 7 ans à faire. J’ai commencé dans l’infanterie puis au régiment aéroporté avec les commandos. J’ai fini ma carrière comme technicien des matériaux. C’est dans ce poste que j’ai suivi, en 2002, un petit cours de couture d’un mois et je me suis dit que ce serait un beau plan de retraite pour passer le temps. »

Dans son garage, à Québec, il réalise des commandes, surtout pour ses amis militaires, en fabriquant entre autres des toiles pour des bateaux, des auvents et des sacs. Quatre ans plus tard, en 2006, son passe-temps devient de plus en plus important. Il décide alors d’enregistrer son entreprise. Ceci coïncide avec l’obtention d’un premier contrat d’importance avec Canex, le magasin général réservé aux militaires sur toutes les bases de l’armée.

« C’est un genre de Walmart pour les militaires où l’on peut acheter autant un ordinateur que faire son épicerie, précise M. De Carufel. On m’a approché pour fabriquer une ceinture avec du camouflage. Un produit que j’avais développé et qui se vendait bien. J’ai alors réalisé que mon entreprise pouvait avoir beaucoup de potentiel. » De 2006 à 2012, toujours à Québec, il développe des produits autant pour l’armée que pour la police. « Des petits contrats, rien de trop gros », dira-t-il bien humblement.

 

Cliquez ici pour lire la suite de l’article.