Les pédales d’effets de Fairfield Circuitry font le tour du monde!

Par
28 janvier 2020

Lentement mais sûrement, une petite entreprise manufacturière de Gatineau, Fairfield Circuitry, a réussi à se tailler une place dans un marché très concurrentiel. Depuis 11 ans, on y fabrique des pédales d’effets qui trouvent maintenant preneurs auprès de guitaristes d’une vingtaine de pays.

Le propriétaire, Guillaume Fairfield, n’avait que 25 ans lorsqu’il a décidé de se lancer en affaires avec un produit qui offrait une nouvelle sonorité aux guitaristes. Plus technicien qu’homme d’affaires, dira-t-il, il s’est lancé dans cette aventure en respectant son rythme de croisière personnel.

« J’étais musicien et je m’intéressais à tout le côté technique de l’enregistrement et à la sonorité en général, explique-t-il. Mon père a un studio d’enregistrement et j’ai d’ailleurs travaillé pour lui. J’ai même fait sa tenue de livres, ce qui m’a été utile au lancement de mon entreprise. Ensuite, je suis allé étudier en électronique à La Cité Collégiale dans le but de démarrer mon entreprise en lien avec l’audio. J’aimais le côté créatif relié au développement du produit. En décidant d’abord de produire à petite échelle, j’ai pu me permettre d’essayer des choses. »


UNE IDÉE, UN OBJECTIF, DE L’AIDE!

Pour se lancer en affaires, ça prend bien évidemment une bonne idée. Il faut aussi avoir un plan de match très clair et se connaître comme entrepreneur. Au départ, M. Fairfield a bénéficié de l’aide du CLD, devenu aujourd’hui ID Gatineau, notamment pour produire un plan d’affaires, mais aussi pour la recherche de financement.

« Graduellement, j’ai appris les différentes choses que je devais faire au sein de l’entreprise. J’ai commencé avec peu de moyens et j’ai bâti l’entreprise tranquillement. Ça prend beaucoup d’énergie pour monter les différents dossiers et le CLD m’a aidé à trouver des subventions, à obtenir des prêts avantageux et à prendre de l’expansion. Aujourd’hui, c’est ID Gatineau qui m’accompagne pour mon nouveau plan d’expansion amorcé en 2019. Il faut tirer avantage des services offerts par la ville de Gatineau lorsqu’on se lance en affaires. »

C’est à temps plein qu’il s’est lancé dans cette aventure, il y a 11 ans, et c’est selon M. Fairfield une condition essentielle pour se focaliser sur le développement de l’entreprise. Il y a plusieurs joueurs dans le même domaine que le sien à travers le monde et de gros fabricants accaparent une bonne partie des ventes. Fairfield Circuitry est tout de même parvenu à faire sa niche à l’international.

« Je suis arrivé à me tailler une place avec un produit qui offre une nouvelle sonorité et de nouveaux effets. Les gens en parlaient sur des forums de discussion et c’est de cette façon que j’ai pu entrer dans des magasins en France, il y a 9 ans. La distribution dans d’autres pays d’Europe et d’Asie a ensuite été possible avec ce commerçant français. Nous avons un bon rapport avec nos clients et nous avons une clientèle fidèle qui attend nos nouveaux produits. Notre approche est distincte et tout s’est fait tranquillement et graduellement », raconte Guillaume Fairfield.


UNE CROISSANCE SOUTENUE

Les pédales d’effets sont fabriquées à Gatineau, mis à part une partie de l’assemblage qui se fait à Kanata. La moyenne de croissance annuelle est soutenue depuis le départ et est en augmentation moyenne entre 15 et 20% par année. Une croissance qui devrait se poursuivre au cours des prochaines années notamment avec une nouvelle approche à l’international mise en place l’an dernier. Cette croissance est aussi notée au niveau du nombre d’employés qui est passé de 6 à 13 au cours des deux dernières années. Il est pensable d’atteindre le nombre de 20 employés d’ici 2 à 3 ans, mentionne Jade Robitaille, administratrice chez Fairfield Circuitry.

« Nous avons de nouveaux locaux, une plus grosse capacité de production et une nouvelle offensive à l’international, dit-elle. Nous aurons sous peu de nouvelles pédales d’effets, avec un nouveau son, et nous avons aussi de nouveaux distributeurs depuis décembre dernier. Nul doute que l’entreprise poursuivra sa croissance. »

Dans cette nouvelle étape d’expansion entreprise l’an dernier, Mme Robitaille souligne la contribution d’ID Gatineau et de la commissaire en développement d’entreprise, Ginette Paul. « Nous comptons sur leur support et leur coaching afin de valider notre nouveau plan. Ginette nous a recommandés à d’autres personnes pour nous aider en fonction de chacun des volets. C’est ainsi que nous avons été mis en contact avec Export Outaouais, l’été dernier, afin d’optimiser notre offensive à l’international. »


UN RÔLE D’AIGUILLEUR

Ginette Paul avance que le rôle d’ID Gatineau en est un d’aiguilleur. « L’entreprise est en opération depuis 11 ans et le propriétaire a un magnifique plan d’affaires, dit-elle. Notre rôle est de bien comprendre ce plan d’affaires afin d’accompagner l’entrepreneur pour qu’il ait accès à tous les organismes qui peuvent le soutenir dans son développement et l’aider à aller chercher le maximum dans des domaines qui sont parfois pointus. Il faut respecter le rythme de développement de l’entreprise. »

Dans la dernière année, ID Gatineau a entre autres invité Export Outaouais pour valider le plan de développement à l’international. C’est Florian Leclercq, conseiller principal à l’exportation, qui pilote ce dossier. « Nous avons analysé la stratégie d’exportation de l’entreprise et soumis un plan d’action qui inclut le développement et le financement, autant au provincial qu’au fédéral. Le défi de Fairfield Circuitry en est un de capacité de production et de logistique. »

L’entreprise a aussi reçu de l’aide en commerce électronique avec le Conseil québécois de commerce de détail, un organisme dont l’offre est intégrée dans MonGPS.ca, un service exclusif en la matière offert uniquement dans la région, note Audrey-Ann Vachon de MonGPS.ca. « Notre écosystème économique est vaste et notre mandat est d’identifier les organismes qui peuvent appuyer les entreprises dans leur développement. Tous les organismes travaillent ensemble pour le bien de l’entreprise. »

Et comme les entreprises manufacturières sont une denrée rare dans la palette de l’économie régionale, ID Gatineau apporte une attention particulière à leur accompagnement. « Il est vrai que nous ne pouvons pas nous comparer à d’autres régions plus actives dans ce domaine au Québec, mais nous avons quand même recensé une centaine d’entreprises manufacturières avec 5 employés et plus dans la région. Nous les connaissons toutes et nous en accompagnons plusieurs. Notre objectif est de les aider et de les accompagner, mais non pas de se substituer à leurs connaissances. Nous voulons les soutenir dans le développement de leurs entreprises. »